Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

REDON : L’ATTAQUE DE LA FREE PARTY « CONTRAIRE AUX PRINCIPES DE BASE DES NATIONS UNIES » SELON AMNESTY INTERNATIONAL

septembre 14, 2021

« Une main arrachée pour avoir voulu danser : c’est ce qui s’est passé en France, à Redon, dans la nuit du 18 au 19 juin 2021 lors d’une free-party ». Voilà comment commence le rapport, accablant, de l’ONG Amnesty International, sur l’attaque de la fête par des centaines de gendarmes.

« Pendant sept heures d’affilée, les forces de l’ordre ont lancé des grenades sur des jeunes, dans des conditions extrêmement dangereuses, en pleine nuit, sans visibilité. […] Vers 2h30 du matin, un jeune homme de 22 ans a eu la main arrachée après une explosion. Il a été évacué par d’autres participants, après que des gendarmes ont été prévenus. Cependant, ils n’ont pas fait venir les secours sur le site. […] Sept heures de tirs, en pleine nuit, dans un champ, au milieu d’une foule. Les tirs se sont poursuivis jusqu’à 6h30 du matin. […] En plus du jeune homme qui a eu la main arrachée, d’autres personnes ont été gravement blessées : une jeune fille a eu la joue trouée et plusieurs dents cassées par un éclat de grenade, alors qu’elle dormait. Un organisateur a eu des côtes cassées après avoir reçu un coup de matraque dans le dos. »

Amnesty International estime que l’usage de la force n’était « pas nécessaire » et « peut s’apparenter à une punition corporelle, ce qui est illégal au regard du droit international relatif aux droits humains». L’ONG ajoute : « ce qui est particulièrement inquiétant, c’est que Redon n’est pas un cas isolé. Nous alertons sur les dérives du maintien de l’ordre depuis des années et notamment depuis le décès de Steve Caniço auquel ce Teknival entendait justement rendre hommage. […] le cas de Redon se place dans un contexte de répétition des cas d’usage excessif de la force dans des opérations de maintien de l’ordre». Il y a «urgence d’interdire les grenades explosives en maintien de l’ordre»

Bref, un nouveau rapport accablant qui témoigne de la brutalisation de la société française, et sa fuite en avant vers une dictature policière. Constater ne suffit pas. Ces dernières années, la Cour Européenne des Droit de l’Homme a condamné la France, l’ONU a réclamé une enquête internationale sur «l’usage excessif de la force» contre les Gilets Jaunes. Une étude du journal The Economist s’alarmant d’un « énorme recul des libertés démocratiques» classe la France dans la catégorie des « démocraties défaillantes ». L’Association des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture publie plusieurs rapports accablants et documentés sur la police française. De grands journaux allemands d’opinion centriste décrivent la France comme un « Absurdistan autoritaire» et même un pays à la veille du fascisme, faisant un parallèle avec « la République de Weimar finissante», traversé par des menaces de putsch, un pouvoir imprégné de thématiques d’extrême droite et une police de plus en plus « tendue ». Une tribune signée par 23 intellectuels reconnus mondialement s’affole du « recul de la démocratie en France» en particulier des lois autoritaires et des mesures racistes, qualifiées de « menace pour la liberté dans le monde ». Tout cela n’a freiné ni l’usage de l’arsenal policier, ni la surenchère policière, au contraire. Les témoignages, les condamnations de principe et les pétitions n’enrayeront pas la machine. Avoir raison ne suffit pas. Il faut s’organiser pour peser sur le cours des choses.

Le rapport : https://www.amnesty.fr/…/france-violences-policieres…

25k
fb-share-icon184932
27k
Cette article a 60 vues