Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

POUR L’AUGMENTATION DES SALAIRES : 11H A L’AÉROPORT DE NANTES

novembre 29, 2021

Pour l’augmentation des salaires, pensions et minimas sociaux, la CGT appelle à se retrouver mardi 30 novembre à 11 heures, zone de fret, aéroport de Nantes, à Bouguenais.

« Devant la hausse de prix et les difficultés accrues pour les salariés de vivre décemment, la CGT appelle les salarié.e.s du public et du privé, les privé.e.s d’emploi et les retraité.e.s à se mobiliser pour les salaires. Avec son chèque inflation pour les revenus en dessous de 2000 euros nets, le gouvernement convient qu’au-dessous de 2000 euros, on ne peut supporter la hausse de prix.

Gouvernement et patronat appellent à augmenter les salaires nets mais en rognant sur les cotisations sociales (donc le salaire brut). C’est un danger grave pour la sécu, les retraites, le chômage. Les cotisations sociales forment un socle indispensable à notre modèle social, sans lequel nous serions dans l’obligation de payer bien plus le recours aux soins, à l’éducation…. comme dans les pays ultra-libéraux (USA, Brésil…) ou les pays pauvres, sans dispositif de sécurité sociale. Aller dans ce sens, c’est remettre en cause notre modèle social, c’est un recul de civilisation.

Il faut contraindre le gouvernement et le patronat, qui en parlent beaucoup, à la hausse effective des salaires bruts (et pas des primes comme on promet aux sage-femmes !). La campagne électorale ne peut rester sans réaction des salarié.e.s sur ce sujet qu’ils jugent prioritaire contrairement aux questions sécuritaires et identitaires. La manifestation sur la zone aéroportuaire vise à mettre en lumière la question des salaires dans un lieu emblématique d’un salariat sous payé avec concurrence entre prestataires de donneurs d’ordre implacables (Vinci ou les compagnies aéroportuaires) qui profitent du système pour faire voyager peu cher en pressurant les salariés. Sur cette même zone et dans tout le reste du département il existe aussi des salarié.e.s sous-payés avec des contrats qui ne permettent pas de vivre dignement, des salariée.es bien souvent dans des métiers dits essentiels, et dont les entreprises ont bien souvent engrangé les profits y compris pendant la crise […] c’est une priorité d’en finir avec la précarité et l’injustice sociale pour les uns tandis que d’autres s’enrichissent sans fin. Ce 30 novembre est une première étape dans la mobilisation des salarié.e.s pour les salaires donc le partage des richesses. »

25k
fb-share-icon184932
27k
Cette article a 89 vues
0