Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

☢️ NANTES : PLUSIEURS CENTAINES DE PERSONNES ONT MANIFESTÉ CONTRE LE NUCLÉAIRE

mars 15, 2021

– Contre « Fukushima sur Loire »

​Il y a 10 ans avait lieu la catastrophe de Fukushima : un tremblement de terre suivi d’un tsunami provoquant la fusion du réacteur de la centrale nucléaire de la ville. Une pollution radioactive massive, et toujours pas maîtrisée, avec notamment des rejets considérables de radioactivité dans l’océan, dans l’air, sur la terre. Un triste rappel que l’industrie atomique n’a rien d’infaillible. Le Japon, comme la France, a fait le pari de développer en toute opacité cette énergie extrêmement dangereuse qui produit des déchets qui empoisonneront l’environnement pour des millénaires.

Dans le cadre d’une journée de mobilisation nationale contre la politique nucléaire de la France, 35 collectifs et associations écologistes manifestaient donc samedi 13 mars à Nantes. La ville n’est pas choisie au hasard : cinq centrales nucléaire située dans l’Ouest déversent des radioéléments dans la Loire. Un organisateur expliquait que « quatorze réacteurs se déversent dans le fleuve. Les eaux de la Loire subissent une pollution permanente depuis des années ! » Au niveau de Nantes, de l’eau de la Loire radioactive avait été mesurée . Ce rassemblement avait lieu en solidarité avec les victimes, directes ou indirectes, du nucléaire.

Les centaines de personnes réunies voulaient alerter sur un risque de catastrophe qui pourrait survenir en France, alors que les autorités, qui ne savent pas quoi faire des déchets, construisent une « poubelle nucléaire géante » dans l’Est de la France. Le cortège a défilé, avec plusieurs supports visuels, déguisements et banderoles faisant le parallèle entre la centrale de Chinon et Fukushima : « Fukuchinon ».

Seule la lutte paie : deux projets de centrales nucléaires étaient programmés juste à côté de Nantes : sur la commune du Pellerin, puis du Carnet. Projet abandonné en l’an 2000. Sans une mobilisation massive, très déterminée et parfois violente de dizaines de milliers de personnes, Nantes subirait la présence d’une centrale au sein même de son aire urbaine ! Sur ce territoire, les mobilisations et le tissu de solidarités ont permis de faire reculer les aménageurs, et de préserver ce qui peut encore l’être. Continuons à défendre nos espaces de vie des projets mortifères.


📷 PicturesNews

25k
fb-share-icon184932
27k
Cette article a 1 040 vues