Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

Nantes: la police blesse très gravement un manifestant

décembre 29, 2018

En fin d’après-midi ce samedi 29 décembre, la police a très gravement blessé un jeune manifestant de 22 ans.
Le défilé de 2000 Gilets Jaunes, globalement calme, et encadré par un grand nombre de policiers a subi une violence totalement disproportionnée.

Visiblement, il s’agissait de frapper les chairs et marquer les esprits.

Le jeune manifestant, touché par un tir de balle en caoutchouc en pleine tête, au moment d’une charge, s’est effondré sur le Cours des 50 Otages, près de la Préfecture.
Gisant inanimé dans une marre de sang, le jeune homme a été évacué inconscient, avec une plaie importante au visage. Les CRS ont tiré des grenades et chargé pour éloigner les manifestants de la scène, pendant que la BAC mettait les photographes à distance.

Une rumeur, sans doute liée à la violence du contexte et à l’abondance de sang, évoquant un décès, s’est alors propagée dans la foule : elle est fausse. Le blessé a été admis au CHU de Nantes, dans un état très grave, mais bien vivant, et devrait subir une opération.

Quelques témoignages :

– Un manifestant : « Il est tombé à 5 mètre de moi par un tir de Flash- Ball. Deux de mes amis sont allés l’aider et les flics les ont matraqué. »

– Un témoin :« Aucun massage cardiaque n’a été prodigué par les forces de l’ordre.Les pompiers ont effacé les traces de sang.
Un autre personne a été évacuée (conscient) par tir de LBD derrière la tête. Plusieurs autres blessés. »


– Des photographes : « Il a perdu beaucoup de sang et une intervention tardive des pompiers pour l’évacuer… La BAC (police) tentait de repousser les photographes afin que trop de photos ne soient diffusées sur la toile. »

« Une large plaie ouverte du côté de la tempe. C’était lors d’une charge de CRS et de la BAC qui se sont acharnés sur la personne au sol, lui fouillant son sac alors qu’elle gisait inconsciente.»

Depuis un mois, des dizaines de personnes ont été gravement blessées au visage par des tirs policiers, et au moins 11 d’entre elles ont été éborgnées. Une femme de 80 ans est morte après avoir reçu une grenade à Marseille.

La police tire pour faire mal, elle tire pour faire peur.
Nous souhaitons le meilleur rétablissement à ce jeune manifestant, et beaucoup de courage à sa famille.

Cette article a 70 vues
in eget dolor. felis accumsan dapibus tristique sem, vel, dictum ultricies