Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

LA PRÉFÈTE DE NANTES AU MINISTÈRE DE L’ÉCOLOGIE

octobre 28, 2018
source Presse Ocean

Nicole Klein et De Rugy, une alliance maléfique

D’un côté, Nicole Klein, la préfète de Nantes, très médiatique et mise sur le devant de la scène suite à l’attaque de Notre-Dame-des-Landes, au printemps dernier. Encensée par les médias et la classe politique, elle a écrasé méthodiquement les luttes nantaises et lancé la plus grande opération de maintien de l’ordre que la France a connu depuis mai 68 au printemps dernier, pour attaquer la ZAD.

Nicole Klein devient préfète de Loire-Atlantique en 2017. En moins de deux ans, elle a fait arrêter des dizaines de manifestants à Nantes, blesser des centaines d’autres dans le bocage nantais, et expulser systématiquement les occupations d’exilés. Une quinzaine d’expulsions en quelques mois seulement ! Et des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants remis à la rue, parfois en plein hiver.

C’est aussi sous la direction de Nicole Klein que la police a carte blanche : deux hommes tués lors d’interpellations en quelques mois seulement. En novembre 2017, un père de famille meurt asphyxié lors de son arrestation à son domicile. En juillet 2018, un jeune homme est tué d’une balle en plein cou par un CRS. La préfète se chargeait ensuite d’écraser les révoltes légitimes en réponse aux violences de ses hommes.

D’un autre côté, un ministre de l’écologie factice, et un arriviste multirécidiviste. Le noble François Goulet de Rugy. Il s’est fait un nom en tant que député écologiste à Nantes, et a gravi les marches du pouvoir, en faisant de ses trahisons systématiques sa marque de fabrique. En 2015, il publie l’ouvrage « écologie ou gauchisme, il faut choisir» pour justifier l’abandon de son propre parti : Europe Écologie. Il y défend la politique du gouvernement Valls, Puis il trahit le PS pour rejoindre Macron, et devient président de l’assemblée nationale en cumulant des privilèges inouïs.

Localement, l’élu a passé les dix dernières années à attaquer et calomnier le mouvement anti-aéroport et les luttes sociales. Sur Twitter, celui qui était alors encore député passait son temps à réclamer plus de répression contre les manifs. En 2015, il soutenait la « Loi de Renseignement » de Valls. En 2014, après la mort de Rémi Fraisse et les manifestations qui avaient suivi, il déclarait : «EELV n’a rien à voir avec les encagoulés et autres groupuscules extrémiste», et se vantait d’avoir «dénoncé par avance celles et ceux qui voulaient manifester». Évidemment, pas un mot de soutien, pas même une allusion, pour le jeune homme tué en luttant pour l’écologie. La vraie. Le politicien est si populaire à Nantes que son local a été repeint, brisé ou décoré un nombre incalculable de fois ces dernières années. (plus d’info sur son portrait ici)

C’est donc Nicole Klein, la patronne d’une police militarisée et François de Rugy, politicien carriériste, qui vont travailler ensemble au ministère de l’écologie. Un arriviste et une expulseuse, tous deux venus de Nantes, à la manœuvre sur le sujet de l’environnement. Alors que la catastrophe planétaire s’aggrave de jour en jour. Une alliance maléfique.

25k
fb-share-icon154695
26k
neque. quis, elit. luctus Aenean sit ut risus