Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

Mélanie frappée de dos : classement sans suite !

janvier 6, 2020

Paris , avril 2019 , Actes 23 des gilets jaunes :

Mélanie, mère de famille de 39 ans est Chargée de dos en avril 2019. Un CRS la frappe de toute ses forces à la nuque. Elle s’effondre. La justice affirme que “le choix du policier de repousser Mélanie était justifié”, et même “qu’il a été contraint de charger”.

Mélanie vient d’Amiens, elle manifeste avec les Gilets Jaunes le 20 avril 2019. D’un coup, elle est chargée de dos. Elle ne voit pas l’attaque policière lui arriver dessus. Un CRS particulièrement courageux frappe la jeune femme qui ne présente aucun danger, de toute ses forces, au niveau de la nuque. Mélanie s’effondre.

Mélanie, mère de 2 enfants a failli laisser 2 enfants orphelins .

Une plainte est déposée. Plusieurs mois s’écoulent. Aujourd’hui, la justice affirme que “le choix du policier de repousser Mélanie était justifié”, et même “qu’il a été contraint de charger”. L’affaire est classée sans suite.

Cette affaire n’est malheureusement pas la plus choquante en terme de blessure, mais elle est révélatrice du fonctionnement judiciaire. Même sur une situation :

– intégralement filmée
– absolument indéfendable
– avec un policier parfaitement identifié

Les magistrats couvrent l’agression.

Une fois de plus, la Justice ne viendra pas de l’Etat.

1Images Mai 2016

5 classement sans suite en 2 mois !

Achraf, Lycéen de 17 ans,qui a reçu un tir de LBD dans la mâchoire le 4 décembre 2018, à Marseille. Le policier auteur du tir reconnaît l’avoir blessé accidentellement. “J’ai touché ce jeune involontairement et j’en suis vraiment désolé. » L’affaire a été classée sans suite par le procureur Xavier Tarabeux malgrès les aveux de Laurent A., le policier de la BAC.

• Le parquet de Paris a classé sans suite la plainte de Gabriel Pontonnier qui a eu la main arrachée par une grenade GLI-F4 en novembre 2018, à Paris, à la fin de l’acte II des « gilets jaunes ». L’enquête de l’IGPN qui a identifié l’auteur du tir, un major des CRS, la grenade a été lancée sans les sommations réglementaires. Le commandement avait demandé « d’impacter très fort les manifestants ». de son propre aveu, le 24 novembre 2018, vers 18 heures, le major Jacky D. ne « pouvait pas viser avec exactitude un endroit précis ». Il a lancé sa grenade explosive « en direction de l’angle des Champs-Élysées et du rond-point des Champs-Élysées ». article sur médiapart

• Antoine et Ayhan :

25k
fb-share-icon156695
27k
Cette article a 117 vues
risus adipiscing efficitur. ut eleifend sem, porta. venenatis felis mi, non tristique