Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

INDÉCENCE : DÉFINITION

janvier 19, 2021

S’il fallait définir l’indécence du pouvoir, il suffirait de prendre trois exemples d’actualité immédiate :

1 – Brigitte Macron lance son « opération pièces jaunes » : une quête d’argent auprès des français pour renflouer les hôpitaux. Le principe est, en lui même, indécent : le système de santé est à bout de souffle alors qu’il n’y a jamais eu autant de richesses produites, mais il faudrait « aider » les hôpitaux en faisant l’aumône auprès de la population. Ce système de charité est avant tout une mise en scène des gens de pouvoir : Brigitte Macron est allé visiter un hôpital pour enfants malades, accompagnée de Didier Deschamps, et photographiée par toute la presse people. La Reine auprès du petit peuple malade.

2 – Le gouvernement n’a pas arrêté de supprimer des lits d’hôpitaux, y compris en pleine crise sanitaire. « C’est quand même assez incroyable que huit mois après la crise, on soit dans un système où on n’a pas augmenté le nombre de lits de réanimation ou d’hospitalisations, on l’a même réduit. Paradoxalement, nous risquons d’avoir moins de moyens hospitaliers à la disposition des malades du Covid qu’au mois de mars » expliquait le professeur Philippe Juvin le 24 septembre dernier. Incroyable mais vrai, le média Bastamag recensait plusieurs centaines de suppressions de lits dans la plupart des grandes villes de France.

3- 600 000 euros de fleurs : c’est le montant des achats de « décorations florales » de l’Elysée cette année, pendant la pandémie. Un budget inédit qui n’est absolument pas justifié. Uniquement pour le plaisir du couple qui habite dans le palais présidentiel. Le montant dépensé par les prédécesseurs de Macron, déjà outrageusement élevé, était 4,5 fois moindre.

L’indécence c’est ça. La violence des riches c’est ça. Ces gens ne hurlent pas, ils ne cassent pas de vitrines, il ne sont pas stigmatisés par les médias quand ils sont en colère. Il demandent l’aumône pour les hôpitaux qu’ils saignent et ornent leurs demeures avec l’argent public qu’il prétendent « économiser ». Leur violence est froide, arrogante, souriante parfois, mais elle en est d’autant plus indigne.

25k
fb-share-icon171262
27k
Cette article a 1 697 vues
facilisis Phasellus mi, ipsum commodo justo quis Aenean non ut pulvinar