Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

ÉNORME FREE PARTY EN DORDOGNE LE WEEK-END DERNIER

mai 12, 2022

Reportage : 6 000 teufeurs réunis, pour un anniversaire engagé de l’association Techno+


«Approchez, approchez, mesdames et messieurs, une grande fête foraine techno a eu lieu ce week-end… Un pied cheper, un pied sur terre!»

Malgré un contexte difficile ces dernières années pour le milieu de la Freeparty, une énorme fête sauvage a été organisée du samedi 7 mai très tôt le matin jusqu’au lundi 9 en fin de journée. En effet, depuis le début de la crise sanitaire, le milieu de la Techno a subit une répression encore plus forte que d’ordinaire. Depuis 2020, les autorités semblent juger que les rassemblements en plein air étaient sûrement plus dangereux que les centres commerciaux bondés et clos.

Nous ne sommes pas dupes. Le mouvement déplaît aux politiques et aux adeptes du contrôle. On ne compte plus les nombres de soirées ayant fini par une «intervention policière musclée». Que ce soit l’affaire de Steve à Nantes ou bien le carnage de l’intervention lors de la fête de la musique à Redon l’année dernière, qui s’est soldée par plusieurs blessé-es graves et une main arrachée, entre autres exemples.

Le week-end dernier, des collectifs et soundsystems ont décidé de voir grand, très grand, pour fêter les 25 ans d’existence de Techno+, l’une des principales associations de réduction des risques en soirée, grand acteur du mouvement Freeparty. La dynamique collective a débouché sur l’organisation d’une énorme teuf comme on n’en avait pas vu depuis longtemps. Différents rendez-vous pour des convois ont été donnés vendredi soir pour faire converger les teufeurs de toute la France, tout en esquivant les nombreux arrêtés préfectoraux concernant les rassemblements musicaux «sauvages».

C’est finalement le samedi matin, aux premières heures, que les convois arrivent à Jumilhac-le-Grand dans le Périgord. Entre 4 et 6000 personnes y défileront pendant ce long week-end. Sur place l’ambiance est électrique, les gens sont heureux et pas moins de quatre énormes murs de son sont déployés par les différents collectifs. Tout cela sous le regard d’environ 150 gendarmes qui essaient, comme d’habitude, de jouer aux troubles fête en empêchant les raveurs d’accéder au site.

Le milieu de la Freeparty est un milieu festif mais qui n’en reste pas moins engagé. Entre slogans antisystème, contre la répression, hommage à Steve et messages politiques, les teufeurs et les collectifs ont manifesté leurs convictions. La fête, en totale autogestion et sans incident majeur, était prévue pour se dérouler jusqu’au mardi 10 mai, mais dès dimanche la majorité des fêtard-es étaient rentrés chez eux. Le lundi soir, vers 19h l’escadron de gendarmes mobiles débarque sur le site en tenue anti-émeute et met un terme à la fête… En procédant à une saisie de matériel assez conséquente : près de 60 caissons, 8 amplis, 2 platines, 2 tables de mix et 2 génératrices sont volées aux organisateur-ices par les autorités.

Malgré cette fin un peu maussade, tout le monde s’accorde sur la réussite de l’événement : des milliers de remerciements ont été adressés aux collectifs qui ont osé braver les interdits et déjouer à plusieurs reprises le système mis en place pour empêcher la fête. La saison estivale des fêtes sauvages commence fort.


📷 : Doogloo’teuf