Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

🖌️BLACKLINES : « CORTÈGE DE TÊTE DES ARTISTES AU SERVICE DES LUTTES »

octobre 17, 2021

– Manifeste pour une culture subversive –

« Nous ne sommes pas un collectif mais un lieu où se raconte le monde, où se racontent les événements. Un lieu de création surtout, avec toute les rencontres qui en découlent. Nous sommes un mouvement, un mouvement vêtu d’images. Et nous pensons que cet ensemble d’images, par le seul fait d’être représenté provoque une action directe sur l’esprit du monde. Nous souhaitons déployer un espace mental et culturel commun capable d’embraser la « culture institutionnelle » dans toutes ces dimensions et d’en déceler les contradictions, car nous avons constaté une espèce d’épuisement essentiel dans l’esprit de celle-ci. Devenue trop figé, trop loin du Réel, trop loin de son essence, trop loin de la vie.

Nous revendiquons un appel à d’autres mode de lecture du Réel et souhaitons créer des outils pour l’observer, le comprendre, s’y mêler et le transformer. Car nous pensons que l’art doit s’emparer des préoccupations particulières et les hausser au niveau d’une émotion capable de bousculer le temps présent. Nous pressentons que l’art peut pressentir et que c’est peut-être une de ces fonctions que d’être ce présent qui ressent, qui sait flairer dans les contraintes et failles de la culture présente, les frémissements fous d’une culture naissante encore inconcevable.

Nous revendiquons un appel à d’autres mode de lecture du Réel et souhaitons créer des outils pour l’observer, le comprendre, s’y mêler et le transformer. Car nous pensons que l’art doit s’emparer des préoccupations particulières et les hausser au niveau d’une émotion capable de bousculer le temps présent. Nous pressentons que l’art peut pressentir et que c’est peut-être une de ces fonctions que d’être ce présent qui ressent, qui sait flairer dans les contraintes et failles de la culture présente, les frémissements fous d’une culture naissante encore inconcevable.

Nous savons que la culture n’agit pas directement sur la vie, mais nous pensons qu’elle agit sur le monde, grâce à la force qu’elle a de pénétrer et de transformer le monde. La perpétuité d’une même direction imposée par la « culture institutionnalisée » étouffe notre vitalité créatrice. Trop d’artistes en sont arrivés à ce sentir exclus de cette culture formatée. Et nous pensons que chaque génération doit affirmer sa volonté et son imagination face à ces nouvelles menaces exigeant que l’on réexamine ces questions à chaque époque.

L’insurrection de l’art , l’insurrection de la pensée, la liberté d’initiative, voilà ce qui est décisif pour un art vivant. Nous possédons les moyens de façonner nos imaginaires mais notre époque est en train de périr en oubliant de les employer. En oubliant que l’idée de l’avenir est plus fécond que l’avenir lui-même, et c’est cette idée de l’avenir que nous voulons raconter. Car nous ne sommes pas collectif mais un lieu où se raconte l’avenir, où nous guettons les événements. Un lieu de créations surtout, avec toutes les rencontres qui en découlent. »


Texte de Itvan K et Lask pour Black Lines

25k
fb-share-icon184932
27k
Cette article a 70 vues