Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

🔴 ANTITERRORISME : PORTE EXPLOSÉE, PERQUISITION ET GARDE À VUE POUR UNE ÉTUDIANTE SOUPÇONNÉE DE FRÉQUENTER “L’ULTRA-GAUCHE”

mars 18, 2021

– Gouverner par la terreur –

Cette opération qui a eu lieu au Pays Basque, révèle la façon dont l’antiterrorisme dispose des pleins pouvoirs. Et comment des opérations militarisées contre des personnes « suspectées » d’être « d’ultra-gauche » ou opposantes politique sont en train de se banaliser.

C’était le 8 février dernier, dans la ville d’Ustaritz. Une étudiante de 28 ans, Marianne, dort tranquillement dans son petit studio de 20m2. Elle entend un gros boum alors qu’il fait encore nuit : « J’ai cru que c’était un coup de pistolet. Et du coup, j’ai cru qu’ils avaient tué quelqu’un dans le couloir » pense celle qui imagine l’arrivée de malfaiteurs. En réalité, il s’agit d’une quinzaine d’agents du RAID et de la DGSI, la police politique de l’Etat Français, qui viennent de faire sauter sa porte avec un explosif. Lumières bleues, cris, boucliers, et armes pointées sur elle, un cauchemar au réveil. « J’étais terrorisée. J’ai cru que j’allais mourir. Ils m’ont menottée ».

Comme dans une farce grotesque, les agents anti-terroristes demandent si elle a des explosifs ou des armes. Mais ils savent pertinemment qu’il n’y a rien dans ce petit studio étudiant. Marianne voit des débris de sa porte, son lieu de vie est retourné : « je ne comprends toujours pas pourquoi ils ont fait ça, parce qu’ils savaient très bien que je n’étais pas mêlée à l’affaire, je ne comprends pas pourquoi ils sont venus me chercher avec tout ce fracas ». La pure volonté de faire peur, d’intimider ?

La maison a été encerclée par cinq véhicules de la police antiterroriste, Marianne est emmenée avec la tête cagoulée, comme dans les mauvais films. Elle est jetée en garde à vue pendant près de 2 jours sans autre forme de procès. Elle sera relâchée sans aucune charge après 36H enfermée et des interrogatoires par des policiers venus de Paris.

Qu’est-ce qui peut bien justifier un tel délire ? Marianne aurait tout simplement « vécu durant le premier confinement en Dordogne avec certains personnes qui ont été interpellées trois mois plus tôt ». Début décembre, le gouvernement mettait en scène une « opération anti-terroriste » visant des « militants d’ultra-gauche » accusés de posséder de l’eau oxygénée et des produits courants « pouvant peut-être » servir à fabriquer des explosifs. Ils sont depuis derrière les barreaux alors que les éléments de cette affaire sont inexistants.

Avec l’arrestation de Marianne, c’est un pallier supplémentaire qui est franchi. Après avoir monté une affaire de toute pièce, la police politique organise une descente anti-terroriste chez une étudiante qui aurait « côtoyé » des suspects. A ce rythme là, on peut arrêter une grande partie de la jeunesse de ce pays. Pendant ce temps là, l’extrême droite s’arme réellement, et se prépare à la guerre civile.

Devons nous nous habituer à se faire humilier et kidnapper par des agents cagoulés parce que nous participons à des mobilisations sociales, ou pour nos amitiés supposées ? Tout semble mur pour le retour du fascisme.


Source : https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/une-spectaculaire-operation-antiterroriste-fait-pschitt-a-ustaritz-1615831712

Pour soutenir les inculpé.e.s :

https://www.cotizup.com/soutien-8-12

25k
fb-share-icon171262
27k
Cette article a 1 076 vues