Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

🎬 UKRAINE : UN FESTIVAL DE CINÉMA RUSSE ANNULÉ À NANTES

mars 29, 2022

Cancel culture du «camp du bien»


Un «Festival du cinĂ©ma russe» devait avoir lieu Ă  Nantes, du 31 mars au 2 avril, au cinĂ©ma Le Katorza. Alors qu’il Ă©tait programmĂ© de longue date, les organisateurs et organisatrices disent avoir Ă©tĂ© saisis par «l’effroi» en fĂ©vrier 2022 «quand les premières bombes russes se sont abattues sur l’Ukraine». Le festival a donc immĂ©diatement affichĂ© le slogan «Non Ă  la guerre» sur son visuel, phrase traduite en russe et en ukrainien. L’organisation a aussi supprimĂ© les moments festifs, et rebaptisĂ© de festival «entre Lviv et l’Oural» : le nom d’une ville de l’ouest de l’Ukraine et une chaĂ®ne de montagnes russe.

Une dĂ©nonciation de la guerre, une dĂ©monstration d’amitiĂ© entre les peuples, sans aucune ambiguĂŻtĂ©. Mais cela ne suffisait pas.

Dimanche 27 mars, une «Marche pour l’Ukraine» Ă©tait organisĂ©e par une association baptisĂ©e «Tryzub». Le «tryzub» est le trident. C’est Ă  la fois le blason de l’Ukraine mais c’est aussi le nom d’une structure paramilitaire ukrainienne d’extrĂŞme droite fondĂ©e en 1993, dĂ©diĂ©e au collaborateur nazi Stepan Bandera. Structure dont est issu le groupe «Secteur droit», nĂ©o-nazi, crĂ©e en 2013. L’association nantaise «Tryzub» donc, est allĂ© manifester devant le cinĂ©ma Katorza pour faire annuler le festival. Le maire de Lviv avait lui aussi appelĂ© Ă  son annulation. Et ils ont obtenu gain de cause. L’évĂ©nement est «reportĂ© Ă  une date ultĂ©rieure, non connue Ă  ce jour».

Dans un communiquĂ©, l’association se dĂ©sole «que la crĂ©ation cinĂ©matographique ambitieuse et engagĂ©e, qui avait Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ©e, reste inaccessible au moment mĂŞme oĂą elle aurait pu contribuer Ă  une apprĂ©hension intellectuellement fine et aiguisĂ©e de l’époque douloureuse que nous traversons.» Tout cela pose question. Sommes-nous en guerre contre le peuple russe ? La culture et les crĂ©ations russes doivent-elles ĂŞtre interdites, au nom de la propagande de guerre ? Les artistes russes, qui subissent dĂ©jĂ  la rĂ©pression de Poutine, doivent-ils aussi subir l’interdiction dans nos pays ?

Cette annulation s’inscrit dans un contexte dĂ©lirant : le pianiste russe Alexander Malofeev est devenu indĂ©sirable pour l’Orchestre symphonique de MontrĂ©al, qui a jugĂ© «inapproprié» de l’accueillir, alors mĂŞme qu’il a exprimĂ© publiquement son opposition Ă  la guerre. SanctionnĂ© parce que russe.D’autres virtuose de la musique ont Ă©tĂ© annulĂ©s dans plusieurs pays occidentaux. Ici mĂŞme, on voit des appels Ă  dĂ©baptiser un collège Soljenitsyne, ou Ă  boycotter des auteurs classiques russes, TolstoĂŻ, DostoĂŻevski, Pouchkine… Plus globalement, poser la moindre nuance sur le conflit en cours suffit pour ĂŞtre qualifiĂ© de «traĂ®tre» voire de «soutien Ă  Poutine».

Plus stupide encore, des français ont menacĂ© des restaurants de Poutine, une spĂ©cialitĂ© quĂ©bĂ©coise Ă  base de frites. D’autres Ă©tablissements, notamment des restaurants russes, ont aussi reçu des intimidations et des insultes. Le camp du bien et des gentils, en pleine escalade militariste, utilise des mĂ©thodes d’extrĂŞme droite. Et encore une fois, les russes subissent la double peine : un rĂ©gime autoritaire chez eux, des pressions ici.

Dans le mĂŞme temps, la campagne qui appelle au BDS – boycott, dĂ©sinvestissement, sanction – contre l’État colonial d’Israel est interdite et qualifiĂ© «d’antisĂ©mite» et de «haineuse» par les autoritĂ©s française. BDS n’appelle pourtant pas Ă  boycotter la culture, seulement les produits industriels en provenance de territoires colonisĂ©s ! OĂą mène cette logique ? Il aurait fallu boycotter tous les artistes espagnols durant la dictature franquiste, qui a durĂ© jusqu’en 1975 ? Ou des auteurs allemands comme Walter Benjamin ou Stefan Zweig lors qu’Hitler s’est imposĂ© au pouvoir ? Et aujourd’hui, faut-il interdire les artistes brĂ©siliens parce que le prĂ©sident du BrĂ©sil est un militaire d’extrĂŞme droite Ă©cocidaire, ou les penseurs turcs parce qu’Erdogan est un tyran ?

Ces rĂ©ponses sont absurdes, manichĂ©ennes, cocardières. A Nantes, une «fĂŞte des langues» rĂ©unissant les langues parlĂ©es dans notre ville a lieu chaque dĂ©but d’Ă©tĂ©, et les locuteurs et locutrices russes et ukrainiennes y seront bienvenues. La seule rĂ©ponse aux guerres impĂ©rialistes est de faire vivre l’amitiĂ© entre les peuples, la crĂ©ation et la culture. Pas l’inverse.

Le communiquĂ© d’annulation du festival : https://russe.univercine-nantes.org/annulation-du-festival-2022/