Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos du jour sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

NANTES : MANIFESTATION POUR LE PEUPLE KURDE

octobre 12, 2019
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image

Plus de 2000 personnes dans la rue en solidarité avec le Rojava attaqué par la Turquie fasciste

Depuis plusieurs jours, le territoire du Rojava est sous les bombes. Il s’agit d’une région située au nord de la Syrie, peuplé en majorité par des Kurdes, qui subissent des discriminations et des massacres depuis des décennies.

Au Rojava, une société nouvelle s’invente chaque jour. Une révolution égalitaire, anticapitaliste, féministe, démocratique s’y déroule, au cœur d’une zone de conflit. Les kurdes sont en première ligne ces dernières années pour résister face à Daesh. Plus de 11 000 kurdes ont été tués dans la guerre contre l’État Islamique depuis 2014, des sacrifices terribles qui ont permis de vaincre les djihadistes. Les habitants du Rojava sont maintenant attaqués par le régime d’extrême droite turc qui veut les anéantir. Plusieurs villes subissent des bombardements et des assauts. Parmi les combattants qui résistent à l’une des armées les plus puissantes du monde, on trouve aussi des militants internationaux, notamment français, venus prêter main forte à la révolution kurde.

Des mobilisations pour soutenir le Rojava sont organisées partout dans le monde. A Nantes, ce samedi, plus de 2000 personnes défilent dans le centre-ville, dans une ambiance tonique. Aux premiers rangs, les femmes kurdes, fortement mobilisées. Des manifestants de tous les pages et de tous horizons. Des drapeaux aux couleurs des « Unités de protection du peuple », des « Unités de protection des femmes » ou du Parti des travailleurs du Kurdistan. Des slogans résonnent contre Erdogan et le fascisme. Devant la passerelle qui mène au consulat de Turquie, un moment de tension : la gendarmerie arrive en nombre. Les esprits s’échauffent. L’affrontement est évité par un service d’ordre qui fait tampon entre les manifestants en colère et les forces de l’ordre. Même scénario plus loin, après le pont Anne de Bretagne.

Les manifestants finissent pas se disperser en se promettant de continuer la mobilisation pour celles et ceux qui se battent et qui meurent au Rojava.

25k
velit, ut dolor. amet, lectus et, elementum sit eget id Donec Praesent