Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos du jour sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

NANTES : DES NÉO-NAZIS TENTENT DE SEMER LA TERREUR

août 9, 2019

Violences, intimidations, impunité

Le soir de l’élection présidentielle, une bande de néo-nazis passait à tabac deux jeunes nantais de 16 et 18 ans. L’un d’eux, Erwan, était très gravement blessé et laissé pour mort sur l’asphalte.

La bande d’agresseurs, issus de bonnes familles, avait multiplié les violences racistes les jours précédents à Angers et à Nantes. Bénéficiant d’une étonnante impunité.

Depuis, Erwan, qui garde de lourdes séquelles, subit des menaces. Alors qu’il était encore hospitalisé, les néo-nazis lui avaient téléphoné pour l’intimider. Les manœuvres du même type pour faire taire la victime se succèdent. Et ses agresseurs sont tous en liberté.

Comment ces néo-nazis obtiennent-ils autant d’informations sur leur victime ? Pourquoi bénéficient-ils d’une telle impunité alors que la justice est si sévère avec les luttes sociales ? Quelles sont leurs complicités ? La terreur d’extrême droite à Nantes doit cesser !

Un article de Ouest-France sur ce sujet :

“Nantes. Agression à Du Chaffault : Erwan dit être victime d’intimidations

Menaces reçues sur Facebook, boîte aux lettres et porte d’appartement barbouillées de mastic, ces derniers jours… Erwan avait été violemment frappé alors qu’il rentrait avec un ami au soir de l’élection présidentielle, près de l’arrêt de tramway Du Chaffault à Nantes.

« Tu rigoleras moins quand on te tombera dessus », « T’as déjà eu affaire à certaines personnes et tu as vu comment ça s’est fini pour toi », « Tu as beau changer de compte

et te cacher sous un pseudonyme pour ne pas qu’on te repère, on te retrouve » (1)… Erwan, 20 ans, montre la messagerie de son compte Facebook. Depuis deux semaines, dit-il, quatre ou cinq messages menaçants sont tombés.

Certains font directement référence à son agression, le 7 mai 2017 au soir de l’élection présidentielle, près de l’arrêt de tramway Du Chaffault, à Nantes. Cette nuit-là, alors qu’il rentrait chez lui à Bellevue avec un ami, plusieurs hommes fondaient sur eux, pour les rouer de coups.

L’enquête avait très vite conclu à une expédition punitive menée par cinq membres de la mouvance d’extrême droite, proches du GUD (Groupe union défense), à l’encontre des deux victimes, prises pour des « anti-fa ». Erwan avait failli y laisser sa vie. Il est désormais considéré comme travailleur handicapé. Les cinq mis en cause, interpellés puis placés sous contrôle judiciaire, sont renvoyés devant les assises.

Plainte déposée
« Ces messages, c’est de l’intimidation. Pour me faire peur, pour que je ne vienne pas au procès. »

Un coup de pression qui serait monté d’un cran, dans la nuit de mercredi à jeudi, quand on a sonné à son appartement, à 3 h 30 du matin. « J’attendais un ami. J’ai ouvert la porte du hall avec l’interphone. Je n’ai pas ouvert la porte de mon domicile, car j’ai vu, à travers l’œilleton, deux hommes parler entre eux. J’ai entendu mon prénom, et « anti-fa » », assure Erwan.

Une fois les deux hommes partis, « j’ai découvert que ma porte avait été barbouillée avec du mastic, ainsi que ma boîte aux lettres ».

Un dernier épisode qui l’a décidé à aller porter plainte à la police, ce jeudi 8 août, dans l’après-midi.

(1) Ces extraits de sa messagerie Facebook étaient écrits dans un langage style SMS”

Source : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/agression-du-chaffault-erwan-dit-etre-victime-d-intimidations-6474426

25k
facilisis et, nunc dapibus eleifend ut nec felis dolor. Aliquam ut