Nantes Révoltée

Infos sur les luttes environnementales et sociales sur Nantes et dans le monde

LE GOUVERNEMENT MACRON EN QUELQUES IMAGES

août 8, 2019
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image

« Ce gouvernement, je le caractérise d’un mot : la police partout, la justice nulle part. » Victor Hugo, avril 1851

Nous sommes en août 2019. Macron est arrivé au pouvoir en mai 2017. En moins de deux ans et demi, il a laissé des images indélébiles de son règne. Des lycéens raflés. Un barbouze à l’Elysee. Des dizaines de mutilés. Une grand-mère piétinée. Un restaurant de luxe protégé. Des écologistes gazés.

Quelques images qui pourraient figurer dans les livres d’histoire, sur ce président.

Et encore, Macron n’a encore fait que la moitié de son mandat ! Où en serons nous en 2022 ?

Images :

  1. Bruno Kaik, étranglé par un policier de la BAC le 3 août 2019.
  2. Benalla, chargé de mission de Macron déguisé en policier, moleste un manifestant le 1er mai 2018.
  3. La brasserie La Rotonde, symbole du train de vie luxueux des gouvernants, protégé par une armée de policiers le 1er mai 2019.
  4. Les lycéens de Mantes la Jolie, humiliés, menottés et arbitrairement arrêtés le 6 décembre 2018.
  5. Un manifestant gilet jaune eborgné. Durant le mouvement des gilets jaunes, on compte au moins 24 eborgnés, des dizaines de fractures du massif facial, 5 mains arrachées, 4 hemorragies intra crâniennes avec coma et un décès.
  6. Un chapiteau, lieu de rassemblement collectif et associatif sur la ZAD de Notre-Dame-des-Lande, détruit le 9 avril 2018 lors d’une démonstration de force ayant fait plus de 350 blessés.
  7. Geneviève Legay, grièvement blessée à Nice par les forces de l’ordre le 23 mars 2019.
  8. Un CRS lance un pavé sur les manifestants, le 1er mai 2019.
  9. Des manifestants écologistes en sit-in gazés par la police le 28 juin à Paris.
  10. Une personne âgée sur le point d’être frappée par un CRS.
  11. Un exilé blessé à terre devant un policier réjoui, après la violente représsion des ‘gilets noirs’ revendiquant leurs droits le 12 juillet 2019.
vulputate, sem, risus nunc amet, lectus Nullam mi, mattis odio nec elit.