Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos du jour sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

Eugène Pottier , Le poète révolutionnaire

novembre 6, 2019

le 6 novembre 1887 meurt Eugène Pottier .

Né le 4 octobre 1816 à Paris , 3 fois révolutionnaire , goguettier et auteur des paroles de « L’Internationale« .

Dessinateur sur étoffes de profession , Eugène pottier le goguettier compose sa première chanson en 1830 .

Son titre décrit le reste de sa vie :

« VIVE LA LIBERTÉ »


La première révolution

Alors apprenti dessinateur sur étoffes , Pottier à quatorze ans en 1830 lorsqu’éclate la révolution de 1830. «  C’est un premier coup de tam-tam qui m’éveille  », raconte Eugène Pottier.

La révolution industriel est meurtrière pour les classe populaire comme le relate ce témoignage:


« Je suis chevilleur. Je gagne 2 francs par jour. Ma femme est dentellière et gagne 1 franc par jour. J’ai 4 enfants, l’aîné a 10 ans. On mange 24 kg de pain par semaine 5,40 f.
La viande est trop chère ; Nous mangeons que des débris de viande trois fois par semaine 0,75 f.
Mélasse et fruit 0, 80 f
Pommes de terre et haricots 1f
Lait (un demi-litre par jour) 0,50 f
Loyer (j’habite une cave à 3 m en dessous du sol) 1,50 f
Charbon 1,35 f
Savon et éclairage 1,10 f
Malgré notre travail, nous vivons en mendiant, ce que la loi interdit. »

Témoignage cité par Auguste Blanqui, 1848

Tous comme en 2019 , le roi gouverne par ordonnance . En 1830 c’est encore une goute d’eau qui fait déborder le vase déjà rempli de misère .

La droite légitimiste a perdu les élections. Le roi réagit en promulguant des « Ordonnances nécessaires à la sécurité de l’Etat » :

* toute publication (journal, brochure…) doit passer par la censure et obtenir un accord officiel de droit à paraître

* la Chambre des députés est dissoute

* la loi électorale est modifiée pour avantager les grands propriétaires terriens…

La colère éclate à Paris est les barricade de la colère ce forment .

Après 3 jours de bataille au prix de 800 victimes, Le roi Charles X abdique .

Il vie l’expérience incomparable d’une révolution réussi avec l’espoir d’un monde meilleur .

C’est la qu’il fredonne sa première chanson intitulée « Vive la liberté ».

Eugene Delacroix , « La liberté guidant le peuple »

les 27, 28 et 29 juillet 1830 : les « 3 glorieuses » d’une révolution réussie puis confisquée par la bourgeoisie .

Alexendre Duma dira :  » Ceux qui ont fait la révolution de 1830 sont les mêmes hommes qui, deux ans plus tard, pour la même cause, se firent tuer à Saint-Merry. « 

Le roi Charles X laissa place àr un autre roi . Le Duc d’Orléans devient Roi des français, Louis-Philippe 1er .

La deuxième révolution

il participe à la révolution de février et juin 1848 aux côtés des ouvriers parisiens .

«  1848 m’ouvrit le cœur et le cerveau » dira-t-il .

La répression sanguinaire commence en juin de la même année et, avec elle, la retombée de la combativité populaire et même de la conscience.

fusillade meurtrière du Boulevard des Capucines .

Pottier se décrit comme «  traînant une névrose ponctuée de congestions cérébrales  ».

les trois journées de février, du 22 au 24, ont fait 350 morts et au moins 500 blessés.

Les journées de Juin du 22 au 26 juin font :

3 000 à 5 000 morts
25 000 prisonniers
dont 1 500 fusillés
et 11 000 emprisonnés

1871 La commune de Paris

En juin 1871, après le massacre de la Commune de Paris par les troupes versaillaises d’Adolphe Thiers, Eugène Pottier écrit les paroles de l’Internationale.

Il s’était rallié avec enthousiasme au mouvement révolutionnaire parisien du 18 mars 1871.

Dès le 16 avril, il est élu membre du Conseil de la Commune pour le 2e arrondissement de la capitale. Il en devient Maire de mars 1871 au 28 mai 1871.

Il conjugue action politique et l’action militaire en combattant sur les barricades.

Eugène Pottier échappe à la répression de la Semaine sanglante qui fit plus de 20 000 morts dans Paris. Condamné à mort par contumace, il réussit à se réfugier à Londres, puis aux Etats-Unis où il va vivre péniblement « vieux et pauvre », dira-t-il de lui-même.

L’amnistie de 1880 lui permet de rentrer en France.

Toujours pauvre et malade, sa fougue révolutionnaire est intacte.

Il le prouve jusqu’à sa mort en 1887 par la parole et sa plume. On lui doit bien sûr l’Internationale, mais aussi des recueils de poèmes.

L’une de ses dernières oeuvres est La Commune n’est pas morte, écrite en 1886.

Il décède le 6 novembre 1887 .

Lors de ses obsèques, le 8 novembre 1887, une importante manifestation ouvrière, drapeau rouge en tête, malgré la présence de la police, accompagne le vieux lutteur jusqu’à sa dernière demeure.

En 1908, un monument est élevé à Eugène Pottier au Père-Lachaise à Paris, où tombèrent, fusillés, tant de Communards.

25k
ut ut dictum libero felis eleifend tristique consectetur Sed leo nunc Lorem