Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos du jour sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

BONNE RENTRÉE DANS L’ÉDUCATION NATIONALE !

septembre 3, 2019
Slider image

Écoles fermées, contrôles biométriques, précarité des profs, mensonge du ministre : une rentrée sous le règne du macronisme.

400 ÉCOLES FERMÉES

C’était une promesse de campagne de Macron : mettre des moyens supplémentaires dans l’éducation. Promesse réitérée lors du « grand débat » organisé pour neutraliser le mouvement des Gilets Jaunes : « aucune école primaire ne serait fermée sur le territoire d’ici 2022 ». Énorme mensonge. Quelques semaines plus tard seulement, le ministère de l’Éducation nationale annonçait la fermeture de 400 établissements pour la rentrée 2019. Ce sont donc plusieurs centaines d’écoles en France qui ne réouvrent pas leurs portes cette semaine. La plupart en zone rurale, renforçant la désertification des villages et les temps de transport.

Source : https://www.bfmtv.com/societe/rentree-2019-400-ecoles-fermees-en-france-1723563.html

FRANCE : LES CLASSES LES PLUS NOMBREUSES ET LES PROFS LES MOINS PAYÉS

Privilégiés les profs ? C’est ce que les grands médias répètent à longueur d’antenne. En période d’obscurité sécuritaire et d’autoritarisme, il est toujours confortable de frapper sur l’éducation. Ici encore, gros mensonge : les enseignants français sont les plus mal payés des pays de l’OCDE. Leurs salaires sont même bien inférieurs à ceux des pays voisins qui sont en plus grande difficulté économique, comme l’Italie ou l’Espagne. Autre donnée : le nombre d’heures d’enseignement est bien supérieur à la moyenne, et le nombre d’élèves par enseignant est le plus élevé de tous les pays. Donc en France, les profs sont les moins payés et ceux avec les conditions d’enseignement les plus dures.

BIOMÉTRIE ET SURVEILLANCE

C’est désormais le rituel dans des centaines de collèges et de lycées de France : un élève tape un code d’identification, pose sa main sur un scanner. Une fois son identité validée, un plateau repas sort d’une machine. Cette invasion de scanners biométriques dans les établissements scolaires s’est faite silencieusement, dans tout le pays, en quelques années seulement. C’est un vrai tournant : on habitue les adolescents au contrôle, à utiliser leur propre corps pour être identifié. Des méthodes policières, jadis réservées à la criminalité deviennent banales. Oùsont stockées ces données biométriques sur des mineurs ?

Cette invasion des contrôles biométriques coute très cher : «entre 5.000 et 12.000€» par machine, selon des associations de parents d’élèves, «le tout pour un gain de temps « pas tellement évident». Bref, un gros business inutile et nuisible, qui engraisse des société de contrôle privé, avec de l’argent public.

Source : https://www.streetpress.com/sujet/122014-dans-les-etablissements-scolaires-le-juteux-business-de-la-biometrie

MENSONGE ISLAMOPHOBE

A la veille de la rentrée, le ministre de l’éducation Blanquer sortait dans les médias : «il y a plus de petites filles que de petits garçons qui ne vont pas à l’école maternelle pour des raisons sociétales. Et puis appelons un chat un chat, le fondamentalisme islamiste. » Peu après, plusieurs journaux revenaient, gênés, sur cette déclaration, qualifiée « d’erreur » du ministre. Appelons les choses par leur nom : il s’agit bien d’un mensonge. Un mensonge islamophobe et anxiogène, lancé par un ministre, juste avant la rentrée. Le Monde explique les « les statistiques officielles ne permettent pas de dire que les petites filles seraient moins scolarisées dès leur plus jeune âge que leurs camarades du sexe masculin. Au contraire, les filles sont plus nombreuses à bénéficier de la scolarisation précoce ».

Source : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/09/01/l-erreur-de-jean-michel-blanquer-sur-les-petites-filles-qui-ne-vont-pas-a-l-ecole-maternelle_5505153_4355770.html

En bref, le gouvernement renforce le flicage dans les bahuts, précarise les profs, ferme des écoles, mais détourne l’attention par des déclarations racistes et anxiogènes. Infâme.

0
libero non leo. leo sed tempus Praesent commodo