Nantes Révoltée

Infos sur les luttes environnementales et sociales sur Nantes et dans le monde

A QUOI SERT L’IGPN ?

août 2, 2019
  • – Dans les séries policières, l’IGPN, la « police des police », ce sont des agents incorruptibles qui traquent les policiers ripoux et violents. Les séries policières sont des fictions. Un outil de propagande au service de la police, au même titre que le JT de BFM. La réalité est exactement inverse : l’IGPN sert à blanchir et à disculper les pires exactions commises par les forces de l’ordre.
  • – Qui sont les agents de l’IGPN ? Des policiers, tout simplement. Ils appellent d’ailleurs les individus sur lesquels ils enquêtent « les collègues ». L’IGPN appartient à la police. Elle n’a aucune indépendance, et n’a d’ailleurs jamais prétendu en avoir. Vous pouvez donc retrouver d’anciens policiers, parfois eux même poursuivis par le passé pour des violences, reconvertis dans la « police des polices ».
  • – Qui dirige l’IGPN ? A la tête de la « police des polices », on retrouve Brigitte Jullien. Brigitte était, jusqu’en décembre dernier, à la tête de la police de Bordeaux. Une ville où la répression contre les Gilets Jaunes a été particulièrement extrême : mutilations et arsenal lacrymogène en quantités inouïes. Mi-décembre, alors que des violences policières effroyables se multipliaient partout dans le pays, Castaner propulsait d’un seul coup Brigitte à la tête de la police des polices. Brigitte passait subitement du poste de cheffe de la répression, à cheffe du service sensé contrôler la répression.
  • – A quoi sert l’IGPN ? Puisqu’elle ne sert qu’à innocenter les policiers coupables, mais qu’elle n’a aucun pouvoir judiciaire, l’IGPN est avant tout une agence de communication. Un outil de propagande gouvernemental. Une officine régulièrement mise en avant dans les médias pour affirmer que « tout va bien » lors des scandales les plus épouvantables.
  • – Et le rôle de l’IGPN dans l’affaire de Nantes ? Concrètement : le fameux rapport de l’IGPN qui prétend qu’il n’y a « pas de lien entre l’intervention policière et la disparition de Steve » était écrit, terminé, et remis à Castaner dès le 16 juillet. Oui, il y a deux semaines. Mais comme ce gouvernement infâme ne recule devant rien, il a décidé d’attendre. De garder secrètement ce rapport sous le coude. Jusqu’au jour où le corps de Steve serait retrouvé dans la Loire, pour lancer immédiatement, devant les caméras, une contre offensive médiatique. Alors que les proches du défunt sont sous le choc. Le jour même de la terrible découverte, le gouvernement ressortait ce rapport, et lançait un un contrefeux immédiat pour masquer l’émotion et la colère suscitée par le drame.

Quels genre d’individu faut-il être pour imaginer et appliquer de telles manœuvres ?

Donec leo nunc velit, pulvinar ut accumsan